Oh, des Cerfs ! Éviter la Faune sur la Route

Oh, des Cerfs ! Éviter la Faune sur la Route

Conseils de conduite importants à l’approche de la haute saison

L’automne apporte de belles couleurs et davantage d’animaux sauvages sur les routes de l’Ontario – et une nécessité pour les conducteurs d’être particulièrement vigilants.

Le nombre de grèves d’animaux sur les routes de l’Ontario est passé de 8 964 en 1999 à 13 152 en 2014, dont deux morts et 410 blessés, selon le rapport annuel sur la sécurité routière en Ontario. Cela représente une augmentation de 45 % sur une période de 15 ans.

Les accidents impliquant des animaux – principalement des orignaux et des cerfs – sont un problème croissant. D’octobre à janvier est la période de pointe pour les collisions de véhicules avec des animaux sauvages, et l’automne est la période la plus dangereuse. Les collisions avec des animaux sauvages peuvent entraîner de graves dommages aux véhicules, des blessures corporelles, voire la mort.

Chaque année, en Ontario, environ 13 000 collisions sur les autoroutes impliquent des animaux sauvages, pour un coût estimé à plus d’un milliard de dollars, et ce nombre ne cesse de croître. Dans le nord-est de l’Ontario, les collisions avec des animaux sauvages sont encore plus fréquentes et peuvent représenter jusqu’à 50 % du nombre total de collisions sur certaines autoroutes. Les risques pour les conducteurs sont particulièrement élevés dans les régions éloignées de la province, où la probabilité de rencontrer un gros animal sur la route est plus élevée.

Employés à haut risque

Coyote

Pour les travailleurs de l’Ontario, les incidents impliquant des véhicules motorisés représentent plus de 38 % de tous les décès traumatisants de travailleurs, y compris les collisions avec des animaux sauvages. La conduite automobile est l’une des activités les plus risquées qu’un employé puisse entreprendre. Contrairement à un lieu de travail, les employeurs ne peuvent pas contrôler les types de conducteurs et de véhicules qui partagent la route avec leurs employés.

Si les employeurs ont des travailleurs qui se déplacent d’un site à l’autre, qui se rendent à une réunion ou même qui vont

en train de boire un café, la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail les considère comme des conducteurs professionnels. Entre 2006 et 2010, la commission a enregistré plus de 7 000 demandes d’indemnisation pour blessures avec perte de temps et 149 décès liés à la conduite professionnelle.

Le saviez-vous ?

  • En moyenne, il y a une collision entre un véhicule à moteur et un animal sauvage toutes les 38 minutes
  • Une collision de véhicule à moteur sur 17 implique un animal sauvage
  • Les collisions entre véhicules à moteur et animaux sauvages augmentent chaque année. En 2014, 13 152 collisions ont été signalées, mais beaucoup d’autres ne sont pas signalées.
  • 89 % des collisions se produisent sur des routes à deux voies en dehors des zones urbaines
  • 86 % se produisent par beau temps
  • Les animaux sauvages sont toujours imprévisibles, mais il y a deux périodes de pointe où le risque de collision est le plus élevé : Mai et juin et d’octobre à janvier.

Si vous pouviez parler aux animaux
Questions fréquemment posées sur le comportement des animaux

Que doivent savoir les conducteurs sur le comportement des animaux sauvages afin d’anticiper les dangers ? 

Le comportement des animaux est lié à la “réaction de combat ou de fuite”. Il existe un certain espace dans lequel un animal se sent en sécurité ; mais une fois cette limite franchie, la réaction de l’animal est imprévisible. Même si un animal vous voit, il peut toujours sauter devant votre véhicule. Certains animaux voyagent ensemble, par exemple les cerfs, les ours et les couples mère-enfant. Si un animal traverse la route, d’autres peuvent le suivre. Si un animal a traversé la route, il peut tourner et traverser à nouveau. Les animaux qui se tiennent calmement au bord de la route peuvent s’enfuir à l’improviste.

Pourquoi les cerfs font-ils une embardée devant le véhicule ?
deer-on-highway

Afin d’éviter les prédateurs, les cerfs courent en se tortillant ou en esquivant. C’est pourquoi les cerfs peuvent faire une embardée soudaine juste devant un véhicule – c’est ainsi qu’ils sont “programmés” pour répondre à une menace.

La faune est-elle attirée par la route ?

Les humains savent que la route peut être un endroit dangereux, mais les animaux sauvages peuvent en fait être attirés par ses grands espaces. Le fourrage et le sel de déneigement en bordure de route attirent la faune. En hiver, les routes labourées permettent de se déplacer plus facilement. En été, l’augmentation du vent soulage les insectes piqueurs.

Pont de la faune

Pour réduire le risque de collision, l’Ontario a mis au point le premier passage supérieur pour la faune de la province. Cette structure a été construite dans le cadre de l’élargissement de l’autoroute 69 entre Parry Sound et Sudbury, dans une zone où les collisions avec de gros animaux, notamment les cerfs de Virginie, les orignaux, les wapitis et les ours noirs, sont fréquentes. Des clôtures le long de la route guident les animaux vers le viaduc. Pour des raisons de rentabilité, les concepteurs ont tiré parti des éléments paysagers existants. Des passages supérieurs similaires ont été construits dans le parc national de Banff, aux États-Unis et en Europe. Il est également prévu d’installer des passages pour la faune sous la route 69. 

Système de détection des animaux sauvages

En 2010, un système de détection de la faune “break the beam” a été installé sur l’autoroute 17 près de Sault Ste. Lorsqu’un animal passe devant le faisceau, un feu clignotant sur le panneau de signalisation de la faune est activé, signalant aux automobilistes que des animaux sont à proximité. Lorsque les feux clignotent, les conducteurs réduisent leur vitesse et deviennent plus attentifs aux mouvements de chaque côté de la chaussée. Les résultats préliminaires de cette nouvelle technologie sont très prometteurs : au cours des cinq années précédant l’installation du système, 11 collisions avec des animaux sauvages ont été signalées ; cependant, au cours des deux premières années d’installation du système, une seule collision a été signalée.

Continuez à lire ici

Hercules SLR fait partie du groupe d’entreprises Hercules qui offre un portefeuille unique d’entreprises à l’échelle nationale avec des sites d’un océan à l’autre. Nos entreprises offrent une couverture étendue de produits et de services qui soutiennent le succès d’un large éventail de secteurs d’activité au Canada, notamment l’énergie, le pétrole et le gaz, l’industrie manufacturière, la construction, l’aérospatiale, les infrastructures, les services publics, le pétrole et le gaz, l’exploitation minière et la marine.

HERCULES SLR, TOUT VOTRE MATÉRIEL DE GRÉAGE SOUS UN MÊME TOIT.

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email